Actualité

vendredi 19 février 2021

Notre campagne hiver vue de l’intérieur

Sabrina El Bouch, Bouchra, Laxsica Sandrauthaiam, Soumaya, Louiza Amekran
Notre campagne hiver vue de l’intérieur

Dans ce blog, nous avons donné la parole à nos 4 responsables chargées des actions de la campagne hiver en Île-de-France, Bouchra, Laxsica, Sabrina et Soumaya, alternantes chez Muslim Hands France, chacune dans une spécialité différente : droit, projet, comptabilité et fundraising, qui vous emmènent avec elles au cœur de leur lutte contre la précarité dans les rues de Paris :

Comme vous le savez, la précarité et la pauvreté existent dans les rues de notre pays. Nous avons donc décidé d’agir pour les personnes les plus démunies, souvent délaissées et oubliées. En France, en 2021, nous ne comprenons toujours pas comment des hommes, des femmes et même des enfants puissent dormir dehors.

À notre sens, ces personnes devraient être placées au cœur de tous les débats car leur situation est très critique. Des gens meurent littéralement de froid dehors, dans nos rues, à quelques pas de chez nous, et comme vous le savez, le prophète (saw) a dit : « N'est pas croyant celui dont l'estomac est plein tandis que son voisin a faim » [Tabarani]. Il était donc de notre devoir d'agir et de mettre en place une stratégie dans le but de soulager leur détresse.

1ère action : les maraudes

En amont de chaque action menée, nous avons élaboré un plan d’action pour être les plus efficaces possibles dans l’aide des bénéficiaires.

Tout d’abord, il nous fallait trouver le moyen de se procurer des repas. Malheureusement, à Paris, nous ne sommes pas équipés pour cuisiner en grosses quantités. Nous avons donc fait des recherches pour trouver des partenariats dans le but de réaliser des distributions alimentaires et c’est ainsi que nous avons trouvé l’association « au cœur de la précarité » qui fournit des plateaux repas pour 1 € seulement comprenant 1 plat chaud, 1 bouteille d’eau, 1 brique de jus, 1 gâteau et des couverts, c’est ainsi qu’est apparu l’item 1€ = dîner.

Ensuite, nous avons dû lister tous nos besoins afin de réaliser les maraudes dans les meilleures conditions possibles et pour être opérationnelles avec nos bénéficiaires et nos bénévoles (achat de chariots, thermos, goûters pour les bénévoles, gants, gels hydroalcooliques, masques, etc.)

S’en est suivi une veille sur les terrains pour savoir quelles associations étaient déjà présentes pour s’assurer d’aider des bénéficiaires se trouvant dans des secteurs délaissés afin de venir en aide aux plus démunis, lister le nombre de bénéficiaires et surtout, recenser leurs besoins afin de mieux y répondre.

Grâce à cette veille, nous avons pu déterminer les secteurs, les bénéficiaires, et les besoins. À ce jour, nous avons déjà menés 7 maraudes au cours desquelles nous avons distribué des repas chauds, des kits d’hiver et des kits d’hygiène grâce à votre générosité.

Les maraudes sont des expériences très enrichissantes. Dans un premier temps, nous avons pris conscience de l’importance d’être sur le terrain, de voir la précarité et de rencontrer les plus démunis pour échanger et partager. Durant chaque maraude, nous nous rendons compte de l’importance de chaque don, de chaque euro donné par les donateurs, de l’impact de notre travail et de l’importance du donateur, qui est à l’origine de nos actions. Il faut vraiment assimiler que sans nos donateurs et nos bénévoles, nos actions ne pourraient voir le jour. C’est un véritable travail d’équipe et une chaîne humaine entre les donateurs, les bénévoles et notre équipe. Qu’Allah vous récompense et que votre générosité soit une protection pour vous au jour du jugement in chaa Allah. Qu’Allah nous réunisse dans Son vaste Paradis et qu’Il soulage la détresse des plus démunis.
La plupart des gens que nous avons rencontrés avaient une situation stable avant de se retrouver dans ce cercle vicieux qu’est celui de la rue. Nous avons rencontré Emma, âgée de 42 ans, qui était PDG de sa propre boîte et qui avait une très belle situation, une famille, des enfants… mais qui s’est retrouvée à la rue du jour au lendemain, sans rien, dépourvue de tout, et le plus déchirant c’est qu’elle a perdu la garde de ses enfants.

Nous avons aussi rencontré de nombreuses personnes diplômées qui ont quitté leur pays d’origine pour trouver une opportunité professionnelle et une meilleure qualité de vie, mais qui ont malheureusement dû faire face à d’énormes difficultés et qui ont fini par les mener à la rue.

Toutes ces personnes, et de nombreuses autres dans le même cas, se sont retrouvées dans cette situation à la suite de mauvaises expériences, de mauvaises rencontres, et nous avons pris conscience que personne n’est à l’abri d’une telle tragédie. Nous nous sommes aussi rendu compte de la chance que nous avons d’avoir un toit, des repas chauds chaque soir, une famille sur qui compter, des amies, une situation, et surtout la santé. Nous nous réunissons souvent entre nous et avec nos bénévoles, et le constat est toujours le même : nous sommes chanceux, alhamdoulillah, mais en sommes-nous réellement conscients ? C’est à Allah qu’appartiennent tous nos bienfaits, et nous prions pour qu’Il nous préserve de tout mal in chaa Allah.

Il faut savoir que ces personnes sont déjà très éprouvées, elles sont dans l’incertitude, dans la peur, dans l’inquiétude. Le cercle vicieux dans lequel elles se trouvent est très néfaste. Du fait d’avoir autant d’épreuves et de problèmes, beaucoup sombrent dans l’alcool et la drogue, essayant en vain d’oublier la difficulté de leur situation mais finissent par développer une dépendance aux stupéfiants. La réalité de la rue est très dure.

D’ailleurs, beaucoup de personnes sans abri confient leurs papiers d’identité à des associations car ils ont peur de se les faire voler ou de se faire tuer. Le monde de la rue est vraiment très hostile et dangereux, notamment pour les femmes qui nous racontaient qu’elles ne dormaient pas la nuit par peur de se faire agresser. D’ailleurs, personne ne dort sur ses deux oreilles, ils s’assoupissent quelques heures et ont constamment peur des agressions.

La majorité des SDF que nous aidons à la gare du Nord sont souvent sous l’emprise du crack (drogue dérivée de la cocaïne), cette drogue altère vraiment leur comportement. Ces personnes deviennent instables et agressives mais malheureusement c’est un cercle vicieux duquel elles n’arrivent pas à se défaire. Nous avons parlé avec beaucoup d’entre elles pour comprendre leur situation et unanimement leur réponse est que la réalité de la rue est trop violente. Les femmes se font violer, les hommes seuls se font agresser et dépouiller, ils se battent pour une place (les places : bouches de métro), et beaucoup de personnes se réfugient dans des coins très isolés pour fuir les conflits. En somme, ces personnes font face à de nombreuses difficultés, elles sont seules, isolées, maltraitées mais doivent malgré tout garder le sourire et trouver la force de demander de l’argent aux passants qui, pour la plupart, les négligent. Imaginez donc leur douleur. Cela peut paraître cliché mais ces personnes ne cherchent qu’un sourire, une once de compassion, et une oreille pour les écouter de temps en temps !
Nous avons demandé à quelques bénéficiaires s’ils souhaitaient être filmés pour partager leur histoire, mais beaucoup ont refusé car ils avaient peur d’être reconnus par des membres de leurs familles ou par des amis. Ils ont peur, ils ont honte et ils doivent survivre face aux dangers de la rue et aux températures extrêmes.

Durant chaque maraude, nous constatons de nouveaux besoins, c’est pourquoi nous avons lancé l’opération « kits d’hiver », notamment face à la récente vague de froid qui a touché le nord de la France. D’ailleurs, les conditions de notre dernière maraude étaient insupportables, nous étions très équipés mais le vent glacial et le froid nous paralysaient, nous rentrions de temps en temps dans notre camion afin de nous réchauffer, mais le plus dur était de savoir qu’à la fin de la maraude, nous rentrerions au chaud chez nous, mais que les sans-abris, eux, resteraient à la rue.

Ces kits d’hiver sont constitués d’une polaire, d’un sac de couchage, de chaussettes, de bonnets, de cache-cous et de gants. Nous avons également distribué des kits d’hygiènes : brosses à dent, dentifrices, gels douche, déodorants, baumes à lèvres, rasoirs et surtout serviettes hygiéniques pour les femmes. Les kits d’hygiènes nous ont été très demandés par les sans-abris, car malgré leur situation, beaucoup mettent un point d’honneur à être constamment propres et présentables.

Aussi, lors de chaque maraude, nous apportions, en plus de nos sourires, du thé ou du café pour les réchauffer et pour nous permettre d’échanger avec eux de manière conviviale.

Lors de nos maraudes, nous avons appris beaucoup de choses sur le monde de la précarité en France. Notre objectif premier était de venir en aide aux SDF, mais nous avions aussi appris que des personnes ayant un toit (foyer, squat, hôtels sociaux, etc) n’avaient pas forcément accès à la nourriture. Nous avons rencontré principalement des familles, en moyenne 5 personnes par famille, s’entassant dans un logement de moins de 10 m2. Elles n’avaient pas de cuisine, seulement des micro-ondes, et vivaient dans une grande précarité. Dans ces familles, les enfants ne mangeant pas à leur faim, ou mangent des repas qui ne sont ni sains ni nutritifs.

Pour le bonheur des enfants, nous leur distribuions régulièrement des bonbons et des ballons afin de leur apporter un peu de joie et de chaleur. Cette joie est contagieuse et nous la ressentions toutes et tous, aussi bien les bénéficiaires que nous-mêmes et nos bénévoles.

2ème action : épicerie fraternelle

La crise de la Covid-19 a accentué d’une manière considérable les inégalités, notamment auprès des jeunes (étudiants) qui ont perdu leur travail, souvent leur unique source de revenus, et qui devaient malgré tout payer leurs loyers, leurs abonnements (train, forfait internet et téléphone), leurs courses, etc.

La crise du Coronavirus, en particulier le confinement, a eu de graves conséquences sur la vie des étudiants. Seuls, isolés et enfermés dans leur chambre universitaire, des étudiants sont tombés en dépression et se retrouvent en décrochage scolaire. Nombre d’entre eux ont malheureusement déjà pensé au suicide face à leur situation devenue trop pesante et sans espoir.

Étant nous-mêmes étudiantes, nous nous somme senties très concernées par ce que peuvent vivre ces étudiants, c’est pourquoi nous avons décidé avec toute l’équipe de Muslim Hands France de leur venir en aide, principalement par le biais d’aide alimentaire. Il faut savoir que certains étudiants n’ont même pas de quoi manger, ils se réveillent ainsi à des heures tardives pour sauter des repas.

Nous tenions vraiment à leur venir en aide tout en conservant leur dignité, car en tant qu’étudiant, nous savons qu’il est difficile de demander de l’aide. C’est ainsi que nous est venue l’idée d’une épicerie fraternelle ! Le principe ? Les étudiants viennent faire leurs courses comme dans un supermarché mais n’ont rien à payer. En effet, nous avons disposé les articles sur des étagères pour faciliter au maximum l’expérience aux étudiants. Aussi, nous avons voulu que l’ambiance soit agréable alors nous avons mis des anachid (chants religieux) en fond sonore et nous avons essayé de décorer au mieux l’épicerie. Nous les avons accueillis 2 jours d’affilée, samedi et dimanche, de 10h à 18h, avec un petit coin buffet où ils pouvaient consommer gratuitement cafés, thés, jus, boissons, et viennoiseries afin d’échanger avec nous et de discuter de nos études.

Ainsi, toujours dans une optique d’aider son prochain, nous avons mis en place une boite fraternelle. Les étudiants qui sont venus faire leurs courses dans notre épicerie fraternelle ont eu la possibilité de donner, s’ils le souhaitaient bien entendu, une petite somme d’argent, aussi minime soit-elle, afin de financer un projet humanitaire en leur nom. Malgré leur précarité, les étudiants ont adoré l’idée et ont donné ce qu’ils pouvaient. Nous avons pu récolter de quoi construire une pompe à eau et planter un arbre fruitier. D’ailleurs, nous avons senti que les étudiants étaient plus à l’aise avec cette proposition, et ont vraiment apprécié le concept de donner. Un étudiant nous a dit : « C’est normal, vous m’aidez, alors moi aussi je veux aider à hauteur de mes moyens ».

Une étudiante nous a dit heureuse : « Merci beaucoup de nous permettre d’aider des personnes qui sont encore plus dans le besoin que nous ».

En ce qui concerne la récolte des dons, nous avons fait appel à des partenaires pour faire des collectes alimentaires au sein des mosquées d’Athis-Mons et de Noisy-le-Sec (mosquée Al Fath). D’ailleurs, nous tenons vraiment à les remercier car nous avons pu récolter énormément de denrées alimentaires grâce à leur soutien. Jazakoum Allahu khairan pour votre abondante générosité.

Nous avons reçu des pâtes, du riz, du couscous, des fruits et légumes frais, des conserves, des produits d’hygiènes, des gâteaux, du café, du thé, de l’huile, des condiments, des épices, et de nombreux autres produits alhamdoulillah.

Les responsables des mosquées dans lesquelles ont eu lieu les collectes ont été très réceptifs au projet d’épicerie fraternelle et nous ont très bien accueillis au sein de leur mosquée. Un geste de solidarité en entrainant un autre, l’une des mosquées nous a offert un barbecue à la pause déjeuner, ma chaa Allah 😊

Pour conclure, ensemble et grâce au soutien de tous, nous avons pu aider une centaine d’étudiants en situation de grande précarité, merci !

Petite anecdote : l’événement a eu lieu un week-end, au sein de la mosquée Al Fath, à Noisy-le-Sec. Qui dit week-end, dit école arabe pour les enfants. Il s’avère que notre action n’a pas laissé les enfants et les maîtresses indifférents. Ils étaient très intrigués par cette petite épicerie et ont trouvé que notre manière de venir en aide était très atypique. Les maîtresses nous ont donc demandé de passer dans chaque classe (6 classes) afin de sensibiliser leurs élèves à la cause humanitaire. Les élèves, âgés de 4 à 16 ans, ont été très touchés par notre projet d’épicerie et par la cause humanitaire dans sa globalité. Le meilleur conseil que nous avons pu leur donner est de rester très solidaires entre eux, de s’aider, de se pousser vers le haut, de s’aimer et également de toujours être bienveillants et souriants avec les gens comme nous l’a enseigné le meilleur des hommes, le Prophète Muhammad (salla Allahû ‘alayhi wa salam).

Nous leurs avons distribué des ballons, bracelets et des stylos pour leur laisser un petit souvenir de cette belle journée 😊 Autant vous dire qu’ils ont beaucoup apprécié (surtout les ballons haha) !

Afin d’informer les passants de notre action, 2 bénévoles sont restés à l’entrée de la mosquée avec un kakémono MUSLIM HANDS FRANCE. Beaucoup d’entre eux ont été très sensibles et ont fait des dons en nature et financiers. Il y avait un magasin à quelques pas de la mosquée, alors des passants sont allés acheter des denrées alimentaires pour notre épicerie. Qu’Allah accepte leurs dons et qu’Il les récompense de la meilleure des manières.

La réussite de ce projet, nous la devons aussi à nos merveilleux bénévoles, nos généreux donateurs, et nos chaleureux partenaires. Ce projet a été porté par nous 4, nous avons été complémentaires dans nos missions et dans l’organisations des actions. Chacune a su apporter, avec justesse, son expertise, son sens critique, mais aussi sa bienveillance, sa bonne humeur, et surtout son soutien.

Ces projets nous ont permis de mieux nous connaître. Nous formons une belle équipe et à l’heure où nous vous écrivons, chacune souhaite remercier ses camarades pour leur amour et leur professionnalisme. Qu’Allah préserve notre amitié et notre collaboration.

Nous vous remercions du fond du cœur et espérons que vous continuerez de soutenir nos actions pour nous permettre de venir en aide au maximum de personnes. Qu’Allah vous protège et vous comble de Ses bienfaits. 


Muslim Hands France

Etablie en 2007, Muslim Hands France est une ONG de solidarité internationale régie par la loi 1901 et œuvrant dans le domaine de l’humanitaire et du développement.